Pourquoi il ne faut pas se débarrasser du frelon asiatique ?

Frelon

Frelon

Le piégeage de printemps favorise la survie des reines en les privant de batailler à mort contre leurs congénères prises dans le guêpier.

Explications : 95% des frelonnes ne survivent pas à l’hiver. Sur celles qui restent en vie au printemps, 95% meurent à leur tour en combat singulier avec leurs sœurs et cousines.

Elles essayent de voler le nid qu’a commencé à préparer une autre et se bagarrent pour cela, explique Quentin Rome. C’est un système de régulation naturel : plus il y a de reines présentes, plus la mortalité est élevée, si l’on en piège certaines, on libère le terrain pour d’autres qui n’auront même pas à se battre.

La seule solution pour se débarrasser du frelon asiatique, arrivé dans l’Hexagone par le Lot-et-Garonne à la faveur d’une importation de poteries chinoises en 2004, et qui a désormais colonisé 70% du territoire français, serait de tuer toutes les reines, sans exception.

Les questions morales posées par une telle entreprise mises à part, les chances de réussites sont faibles En 2010, en Vendée, la Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles, un syndicat agricole, a coordonné 400 pièges répartis sur le département. Leur maigre butin se composait, à la fin du printemps, de 6 fondatrices pour 195 nids répertoriés.

Le syndicat qui assure toujours le suivi du frelon en Vendée explique désormais sur son site Internet que « la mise en œuvre d’un piégeage à grande échelle se révèle tout à fait inopérante » et appelle les particuliers, en dehors des apiculteurs, à éviter ces techniques.

Mortalité cachée des pièges

En 2009, à Bordeaux, une étude menée sur des pièges classiques

  • une bouteille renversée avec un liquide sucré au fond
  • a montré que seuls 0,55% des prises étaient des frelons asiatiques, et qu’en revanche chaque piège capturait 1 089 insectes en moyenne par semaine.

En rajoutant une sortie pour les petits insectes, la sélectivité s’améliorait nettement, avec 6 insectes par piège et par semaine, mais seulement 1% de frelons ! Pas convaincant…

plus d’info : http://www.terraeco.net/Pourquoi-il-ne-faut-pas-pieger-le,58870.html

 
Une réponse dans “Pourquoi il ne faut pas se débarrasser du frelon asiatique ?
  1. Anonyme

    N’essayez pas de vous en debarrasser vous-meme. Vous n’y arriverez pas. Les insecticides et anti-parasites que l’on trouve dans le commerce sont inefficaces contres ces betes la, vous ne ferez que les enerver et elles seront d’autant plus voraces.

 

Laisser un commentaire

 

Nos partenaires

Partenaire Apisudest &
Office national des forêts

Materiel pour apiculture en ligne
Office National des Forêts
 
Office de tourisme essonne
 

Récolte de miel 2015
Forêts de Sénart

  • 16.00€ 10.00€
    Nos formations

    Nos formations

  • 14.70€ 13.00€
    Pollen de fleurs

    Pollen de fleurs

  • 9.00€ 6.50€
    Miel de Forêt

    Miel de Forêt