Des abeilles résistantes aux varroas

La lutte anti-varroa. Simultanément, quoique sans se concerter, deux équipes ont tenté de créer par sélection des abeilles résistantes aux acariens : celle de Marla Spivak et celle de John Harbo, au centre de recherche du département de l’Agriculture des États-Unis, à Baton Rouge, en Louisiane. Leurs approches diffèrent, mais leur objectif est identique : des abeilles dites « hygiéniques ».

Les larves d’Apis mellifera grandissent dans des alvéoles, dans la partie de la ruche appelée le couvain. Les abeilles remplissent ces alvéoles de nourriture et les obturent avec de la cire. Les acariens pénètrent dans les alvéoles juste avant leur fermeture pour y déposer leurs oeufs. Lorsque ceux-ci éclosent, les jeunes acariens se nourrissent des nymphes d’abeilles impuissantes et immobiles, et, quand l’abeille pleinement formée émerge dans la ruche, elle a des acariens plein le dos et le ventre.

varroaC’est toute la différence entre la plupart des abeilles mellifères et les abeilles hygiéniques. Celles-ci peuvent détecter les acariens au sein des alvéoles refermées (sans doute à leur odeur), retirer les bouchons de cire et extraire les nymphes d’abeilles infestées. Ce qui interrompt le cycle de reproduction des acariens.

Les sélectionneurs rencontrent aussi des difficultés dans la « toilette » des abeilles. Les abeilles mellifères se nettoient elles-mêmes (et entre elles) en passant leurs pattes médianes sur leurs corps. Si elles se nettoyaient avant que les acariens ne se fixent pour de bon sur leur corps, elles pourraient les en déloger.

Un objectif évident est de créer une abeille hygiénique se toilettant de façon intensive. Mais les sélectionneurs redoutent de produire une abeille qui, telle l’adolescente frivole, passerait son temps à se pomponner. Sans compter la crainte que la sélection d’un caractère en compromette d’autres – par exemple, que l’abeille hygiénique soit agressive et peu productive.

De tels projets font sortir Phil Chandler de ses gonds. Auteur de The Barefoot Beekeeper (« l’apiculteur aux pieds nus ») et anticonformiste patenté, il estime que de trop nombreux scientifiques bien intentionnés font partie du problème. « Nous ne pouvons pas résoudre nos difficultés en utilisant le même genre de raisonnements qui les a créées », affirme-t-il, évoquant l’« illusion persistante » voulant que l’homme puisse contrôler la nature.

Oui, de meilleures abeilles peuvent être créées, estime Chandler, mais seulement par les abeilles elles-mêmes. L’ennemi numéro un de l’abeille mellifère n’est pas un acarien ou un virus, mais l’agriculture industrielle. Ce que beaucoup de scientifiques admettent, bien qu’à contrecoeur. Là où surgissent les désaccords, c’est sur les leçons à tirer de ce constat.

Les abeilles sauvages pollinisaient encore de nombreuses cultures il y a un siècle. Puis les exploitations industrielles ont remplacé les fermes familiales.

Les champs, surtout en monoculture, ne se couvrent de fleurs que pendant quelques semaines. Et les herbicides détruisent les « mauvaises herbes » utiles aux abeilles. Celles-ci, qui ont besoin de chercher de la nourriture pendant la plus grande partie de l’année, se sont raréfiées. À tel point que des agriculteurs louent désormais à de grosses entreprises apicoles des ruches qui sont transportées de champ en champ à bord d’énormes semi-remorques.

J’ai rencontré Phil Chandler près de l’abbaye de Buckfast, lors d’un rassemblement d’apiculteurs. Beaucoup d’entre eux partageaient son diagnostic, mais faisaient la moue lorsqu’il affirmait que la meilleure à chose à faire contre Varroa était… de ne rien faire : aidons les abeilles à être bien nourries et en bonne santé, mais laissons l’évolution travailler.

Pendant dix ans, voire davantage, les apiculteurs risqueraient de perdre l’essentiel de leurs abeilles, admet Chandler, mais la sélection naturelle générerait finalement une variété d’abeilles résistante : « Nous devons envisager ces problèmes à l’aune de qui est le meilleur pour les abeilles, et pas de ce qui est le meilleur pour nous. »

 

Nos partenaires

Partenaire Apisudest &
Office national des forêts

Materiel pour apiculture en ligne
Office National des Forêts
 
Office de tourisme essonne
 

Récolte de miel 2015
Forêts de Sénart

  • 16.00€ 10.00€
    Nos formations

    Nos formations

  • 14.70€ 13.00€
    Pollen de fleurs

    Pollen de fleurs

  • 9.00€ 6.50€
    Miel de Forêt

    Miel de Forêt